Fiche de cadrage du repreneur : c’est quoi ?

Pour se porter candidat au rachat d’une entreprise, il faut disposer d’une fiche de cadrage du repreneur. Celle-ci, est un document qui explique concrètement le projet de l’acquéreur. Qu’est-ce en réalité une fiche de cadrage du repreneur et comment la réussir ?

Qu’est-ce qu’une fiche de cadrage du repreneur ?

La fiche de cadrage du repreneur est un document commercial dans lequel une personne explique clairement son projet de reprendre une entreprise. C’est une sorte de « CV du repreneur » au sein duquel on retrouve la volonté et la cohérence de son projet de reprise, ses compétences et ses apports personnels.

Tenant sur une seule page, la fiche de cadrage du repreneur présente de façon structurée les justificatifs pour lesquels le candidat peut être retenu pour la reprise de l’entreprise. Pour cela, il est important que ce document arrive à retenir l’attention des interlocuteurs à travers son contenu qui doit être de qualité et surtout vérifiable. Cette sorte de business-plan permet de justifier de la capacité à pouvoir assurer la reprise d’entreprise.

Les principaux axes du cadrage d’une reprise d’entreprise

La réalisation d’une fiche de cadrage s’articule autour de six principaux axes permettant de trouver l’entreprise cible la mieux adaptée. Pour cela, le repreneur, en tenant compte de ses contraintes personnelles, géographiques et patrimoniales fixes les caractéristiques de la société qui pourrait lui correspondre. Ces dernières portent sur :

  • le secteur d’activité ;
  • la taille de l’entreprise (ratios financiers et effectifs) ;
  • la fourchette de prix de cession ;
  • le financement ;
  • la position capitalistique (minoritaire ou majoritaire) ;
  • la localisation géographique.

Un projet de cadrage d’entreprise bien réalisé permet de trouver les offres qui se prêtent le mieux à votre projet de reprise.

L’importance de retenir l’attention de ses interlocuteurs

Idéalement, la fiche de cadrage du repreneur ou futur chef d’entreprise est le moyen pour établir un premier contact auprès des experts de la transmission et des cédants de sociétés. Il est donc fondamental de pouvoir faire bonne impression afin de maximiser ses chances de réussite auprès de la chambre des métiers. Ainsi, il faut commencer par se faire son idée de l’entreprise idéale qui soit. Pour cela, il faut au préalable faire un bilan personnel sur soi en tenant compte de son/ses :

  • expérience professionnelle ;
  • compétences en animation d’équipes, commerciales, techniques, économiques, comptables, fiscales, financières, sociales, etc ;
  • capacité à prendre décision ;
  • résistance au stress et goût du risque ;
  • situation personnelle et équilibre recherché entre vie privée et vie professionnelle ;
  • secteurs professionnels souhaités ;
  • contraintes géographiques ;
  • revenu minimum espéré ;
  • fonds détenus immédiatement ;
  • autres moyens financiers à portée.

Cet exercice qui semble difficile permet de se montrer sérieux dans le projet de reprise de son entreprise. Ainsi, il fait prendre un avantage sur ses concurrents, car tous les paramètres de faisabilité ont été évoqués. Toutefois, pour s’offrir plus de garanties, il est conseillé de se faire accompagner des acteurs du secteur privé ou public qui s’y consacrent.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.