Détail sur 3 accessoires de manutention

La manutention joue un rôle essentiel dans les processus de la chaîne logistique, que ce soit à l’étape de l’approvisionnement, du stockage, de la production ou de la distribution. Une multitude d’accessoires sont alors mis en œuvre, pour que les opérations de manutention contribuent au respect des délais, et à l’optimisation de la productivité. Découvrez trois accessoires de manutention particulièrement importants dans les entrepôts, ateliers de production et autres postes logistiques.

Les différentes palettes et leur utilité

La palette logistique ou palette de manutention est un accessoire de forme plate jouant le rôle de support lors du stockage ou du transport de marchandises de grande taille ou de lots de marchandises. Elle est dotée, sur sa partie inférieure, de semelles de surélévation, et comprend généralement des traverses régulièrement espacées, notamment lorsqu’elle est fabriquée en bois.

En tenant compte de l’utilisation, on distingue plusieurs types de palettes.

Les palettes réutilisables

Les palettes réutilisables ou palettes multi-rotations sont souvent employées dans les entrepôts, où elles peuvent intervenir sur plusieurs cycles de stockage ou de transport. Appréciées pour leur solidité et leur résistance, elles servent pendant cinq ans ou plus, et se subdivisent en trois catégories. Les palettes multi-rotations dites consignées sont la propriété d’une entreprise, et sont systématiquement retournées à celle-ci. De leur côté, les palettes réutilisables captives sont ainsi nommées parce qu’elles ne servent qu’en entrepôt ou en atelier. Enfin, les palettes échangeables sont la propriété commune de plusieurs enseignes ou de plusieurs filiales d’une seule marque. Lorsque ces entreprises sont géographiquement éloignées, les palettes échangeables facilitent leurs transferts de marchandises.

accessoires de manutention ; palette en bois ; palette epal ; quelle palette choisir en entrepot

Les palettes perdues

Quand vous souhaitez vous procurer des palettes en bois pour la manutention, vous devez rigoureusement tenir compte de vos besoins et de l’utilisation à en faire. Contrairement aux palettes réutilisables, les palettes perdues, aussi appelées palettes uni-rotations, sont légères et peu solides. Destinées à une utilisation unique, elles sont principalement employées pour le transport de marchandises. Pour des questions de sécurité sanitaire, leur destruction est préconisée immédiatement après le déchargement des marchandises qu’elles portaient.

En dehors de la typologie basée sur l’usage à faire des palettes, ces dernières sont également catégorisées en fonction de leur matériau de conception (bois, plastique et métal) ou de leur structure (palettes à ailes, palettes à simple plancher ou à double plancher, etc.). Suivant leur format et donc leur compatibilité avec certains équipements de transport, on distingue par ailleurs les palettes EUROPE ou EPAL, utilisées en France, de même que les palettes américaines ou encore les palettes chimiques.

Le transpalette, un outil indispensable

Le transpalette ou tire-palette est un dispositif de manutention en forme de chariot hydraulique, dont la principale fonction consiste à soulever et à déplacer des charges, en l’occurrence des palettes la plupart du temps. Il est doté de fourches pouvant être élevées sous l’action d’un opérateur, et grâce auxquelles les charges sont détachées d’un point d’entreposage et déplacées. La principale classification des transpalettes s’appuie sur la motorisation.

Le transpalette manuel

Pour fonctionner, le transpalette manuel dépend de la force physique déployée par la personne qui le manœuvre. Ses deux fourches sont posées sur des roues, et il possède un châssis bas qui abrite le système de levage. Pour déployer les fourches et soulever des charges, le transpalette manuel est positionné face à la palette par orientation des roues. Le cariste pompe ensuite le timon en actionnant la poignée. Une fois que la palette est récupérée par le transpalette manuel, il suffit de tirer ce dernier pour déplacer la charge lourde.

Le transpalette électrique

Dans sa structure, le transpalette électrique possède à peu près les mêmes composantes que le tire-palette manuel. Il s’en distingue au niveau du système de levage, dont le châssis abrite ici, en plus du mécanisme hydraulique, un moteur et des batteries.

Pour faire fonctionner le transpalette électrique, le principe d’utilisation est le même que dans le cas du modèle manuel, à la différence que la manipulation du timon est automatisée.

Le transpalette à plateforme

Le transpalette à plateforme est une version évoluée du transpalette électrique, qui possède une plateforme faisant office de poste de conduite. Toutes les manipulations de déploiement des fourches, de chargement et de déplacement sont gérées via des commandes situées au niveau de la plateforme.

Tous ces transpalettes ne doivent être utilisés que sur un sol lisse et non glissant, dont l’inclinaison ne doit pas excéder les 5 à 10°. Quel que soit le type de transpalette vers lequel vous vous orientez, considérez la capacité de charge (généralement entre 1,5 et 3 tonnes). Les dimensions des fourches et la hauteur de levée (souvent comprise entre 30 cm et 1 m) sont aussi à prendre en compte avant de faire un choix.

Le chariot élévateur en logistique

Le chariot élévateur est un appareil de levage qui pourrait être présenté comme une variante développée du transpalette. Ces deux équipements ont en commun de posséder des fourches et de servir à déplacer des charges.

Grâce à des composantes plus sophistiquées et à un fonctionnement plus complexe, le chariot élévateur permet à la fois de charger, de décharger et de déplacer des marchandises, dans des mesures bien plus importantes. Il supporte des charges plus lourdes (jusqu’à 10 tonnes, voire plus) et peut lever des charges jusqu’à 12 m. Il existe trois principaux types de chariots élévateurs.

Le chariot élévateur électrique

Le chariot élévateur électrique est un dispositif polyvalent utilisable en intérieur comme en extérieur, pour préparer des commandes, charger et décharger des marchandises. Peu polluant et peu bruyant, il dispose d’une cabine de conduite fermée, depuis laquelle le cariste effectue les manœuvres grâce à des commandes automatiques. Il ne convient toutefois pas aux entrepôts et autres aires de manutention comprenant de trop fortes pentes.

Le chariot élévateur thermique

Également employé par les caristes pour le chargement et le déchargement, le chariot élévateur thermique est conçu seulement pour un usage en extérieur. Il est équipé d’un moteur thermique et, sur la plupart des modèles, d’une cabine de conduite ouverte.

Le chariot élévateur thermique est essentiellement fait pour le levage de charges faibles, dont le poids est compris entre 1 500 et 3 500 kg, mais peut dans certains cas soulever jusqu’à six tonnes. Sa hauteur de levage est de 6 m au maximum.

Le chariot élévateur latéral et le chariot élévateur à mât

Appelé chariot élévateur à chargement latéral, le chariot élévateur latéral possède un mât sur le côté, utile pour prendre aisément des charges sur le flanc du cariste et les déplacer. Il rend de précieux services lors de tâches de manutention dans des rayons ou lors du chargement de longs objets. Il est actionné grâce à un vérin hydraulique et est en mesure de monter des charges pesant jusqu’à huit tonnes, et ce jusqu’à une hauteur de 7 m.

Similaire au chariot latéral, le chariot élévateur à mât est plus stable et plus massif, en partie grâce à un châssis plus imposant. Ces propriétés lui confèrent de meilleures capacités : capable de lever les charges jusqu’à 12 m, il soulève de 2 à 10 tonnes en général, mais va jusqu’à 50 tonnes pour les modèles évolués.

Leave a Reply

Your email address will not be published.